A l’ordre du jour de la séance du Conseil municipal de juillet dernier, le déclassement et la cession du bâtiment de l’ancienne mairie. Et s’ouvrent les débats où l’on entend des propos pour le moins étonnants… Ce bâtiment serait la mémoire communale et emblématique de la cité…
Certes, des gens y ont travaillé, s’y sont mariés, sont venus voter… mais emblématique c’est y aller un peu fort ! Ce bâtiment datant de 1962 serait la mémoire communale des Graulens, bien courte mémoire… Quelques bâtiments bien plus anciens et témoins de leur temps qui ont marqué la vie et le regard des Graulens ont disparu : le château Rédarès, le Sana et le château Leenhardt. Ouf toujours là l’ancien phare (classé) et la Villa Parry (rénovée) ! Des bâtiments et des paysages qui disparaissent, c’est le lot de toutes les communes qui grandissent…
Alors on en fait la liste et on se lamente ? La mémoire qu’on a de ces lieux, elle est en nous indestructible et c’est à ceux qui se souviennent de les faire revivre, en les racontant à ceux qui n’étaient pas là. A nous tous de transmettre !

Et encore plus fort : l’ancienne mairie était en résumé « formidable » aux dires de Monsieur Rosso. A-t-il opposé ces mêmes arguments lors du projet de construction de la nouvelle mairie ? A-t-il haussé la voix pour les défendre en son âme et conscience ? … ou bien a-t-il, comme le dit la rumeur, suivi le mouvement sans rien dire ?
Peu importe : la nouvelle mairie est là et a coûté 10 millions d’euros, pardon j’exagère 9,5… on a acheté le château Rédarès, on l’a détruit, on a emménagé un espace ouvert sur la mer (excellente idée) et puis on a construit la mairie. Pas vraiment un héritage heureux mais on fait face. Et maintenant on nous explique à grand renfort de conseils et d’idées joyeuses qu’on devrait rénover cette ancienne mairie…

Comme si on n’avait aucune ambition, aucun projet en tête et qu’on vendait ce bâtiment uniquement parce qu’on ne savait pas quoi en faire ! Dépenser et investir sur tous les fronts quand on doit faire face à des dettes et des travaux coûteux et urgents : quelle bonne stratégie de gestion !
Ces propos sont-ils sincères ? Allons donc ! Au final j’espère juste qu’ils sont autant de pirouettes de basse politique, quand les micros et caméras sont ouverts. Mais il est regrettable de jouer la comédie et de duper ainsi les Graulens. Écoutez-les et vous verrez.

Nathalie GROS-CHAREYRE
Adjointe au Maire déléguée à la Culture, aux Traditions et au Patrimoine